Revêtir les surfaces inégales est une migraine : voilà comment s’en débarrasser

Architecte oui, architecte non. Comment choisir le juste professionnel.

Il y a dix ans, nous avons transféré notre atelier d'Italie en Suisse. Nous découvrîmes que les suisses s'intéressent à l'art italienne, beaucoup plus que l'on avait remarqué auparavant, en tant que simples visiteurs.

Nous avons eu l'occasion d'apprécier l'intérêt des plus exigeants d'entre nos clients potentiels. Cependant, les propriétaires d'immeubles haut de gamme préfèrent s'adresser à de conseillers tels qu'architectes, décorateurs d'intérieur, professionnels du design, afin d'avoir un bon leadership et un support pour créer des environnements qui les représentent, et lui garantissent le confort qu'ils cherchent.

Une entreprise veut que son siège et ses bureaux aient une image correspondante à son brand, qu'ils donnent une impression positive aux clients et aux partenaires, et autant que possible qu'ils contribuent à consolider son image, ou mieux à la faire croitre.

Un privé a des objectifs pareils ; en plus, il veut satisfaire une exigence personnelle de beauté, plaisir et unicité.

Le facteur commun est que le professionnel soit à la hauteur du rôle et de la confiance que le client lui accorde ; il doit savoir aider le client affirmer et garder le rôle et le statut qu'il a atteint, dans le milieu social auquel il fait partie.

Lorsque l'on choisit de bâtir sa maison, tous les choix sont importants. Pour ce type de client, une maison n'est jamais simplement un endroit pour dormir chaud. Elle est l'expression de soi-même, elle représente ce qu'il est, ce qu'il a été capable de faire et qu'il a obtenu.

Lorsqu'il reçoit en visite ses amis, collègues ou connaissances, qu'il les reçoive au club, dans un restaurant ou bien chez soi, n'est tout à fait pas la même chose. Chacun de ces lieux « parle » de l'hôte ; mais la maison est celle qui parle de plus. Les invités « entrent » dans la vie de l'hôte, le voient semblable ou différent de soi-même.

Tour cela s'exprime à travers d'un langage visuel, de choix d'objets, styles, juxtapositions, couleurs, matériaux, formes. Ce sont des choses que pas beaucoup de clients sont capables de gérer soi-même. Au contraire, selon notre expérience spécifique souvent les clients n'ont qu'une idée vague de ce qu'ils voudraient, ils font des exemples, cherchent de s'exprimer par milieu d'analogies ; eux-mêmes, ils ne maîtrisent pas le langage visuel.

Le bon conseiller est celui qui comprend soit les demandes explicites soit celles inexprimées, et les transforme en propositions concrètes et valides. On peut utiliser un exemple qui remonte à Socrate, et dire qu'il est comme une sage-femme, qui aide le client faire naître, non pas un enfant dans ce cas, mais plutôt une idée de formes couleurs et matière : la juste maison pour ce client-là, et aucun d'autre.

Qualités nécessaires sont la sensibilité personnelle, une capacité communicative qui sort de l'ordinaire, une solide formation professionnelle, une culture internationale, la connaissance du passé et des prédécesseurs, soin pour les nouveautés, beaucoup de confiance en soi, et la capacité de tirer de solutions qui joignent élégance, exclusivité, unicité et aussi utilité, si nécessaire.

Une autre caractéristique est de savoir dépasser les lignes, sortir de ce que l'on appelle la « zone de confort » où tout est bien trop expérimenté, acquis, et souvent à la mode.

Tout le monde ne sait pas prendre les risques avec courage en proposant de solutions nouvelles, créatives, hors des ennuyeux standards du goût.

Toutefois le client exigent, qui veut choisir le mieux et veux que cela se voit, n'a pas tellement de choix : il doit s'en remettre à un conseiller « spécial ».

Se distinguer et affirmer sa personnalité.

Si l'on veut vraiment s'enorgueillir de posséder dans son immeuble un objet, une décoration ou une œuvre unique, précieuse et de luxe, il faut forcément faire confiance à quelqu'un avec une solide connaissance des matériaux et des possibilités, mais totalement en dehors de toute schématisation.

Et ensuite, suivre avec confiance les indications du conseiller choisi.

Qu'est-ce qui se serait passé si l'on n'avait pas eu confiance en des professionnels tels que Le Corbusier, Frank Lloyd Wright, Carlo Scarpa, Gio Ponti ?

Leurs œuvres seraient passées inaperçues, et elles n'auraient eu aucune chance d'entrer dans l'histoire de l'architecture et du design.

Voilà quelques œuvres d'architecture et design en Suisse, des joyaux appartenant au patrimoine historique de l'humanité :

  • Villa Jeanneret-Perret -la Maison Blanche- à La Chaux-de-Fonds, par Le Corbusier ;
  • Villa Seerose à Horgen, par Konrad von Muralt ;
  • Villa Streiff à Goldbach-Küsnacht, par Otto Zollinger ;
  • Villa Zentner à Zurich, redessinée par Carlo Scarpa.

Sortir des vieux schémas peut être un pari, mais sûrement le résultat final n'apparaîtra ni banal, ni acquis ni commun.

L'épargne n'est pas une option valide.

Il y a quelques années – on était encore en Italie – on nous a demandé de projeter une décoration en mosaïque de plus de 30 mètres carrés pour un endroit public.

Le donneur d'ordre ne fut pas d'accord sur le budget, qui à son avis était trop élevé.

D'accord avec son architecte, il se rabattit sur une option moins chère.

Après des années, il nous parvient encore des rumeurs d'insatisfaction pour le choix de matériaux non optimaux, le résultat visuel inadéquat, et l'instabilité de l'installation.

Le public n'a pas approuvé, l'œuvre repousse les visiteurs et a raté le but d'accroître la participation au lieu.

Un échec annoncé.

Le propriétaire d'un immeuble, qui veut se procurer une expérience visuelle exclusive, doit être prêt à dépenser ce qu'il faut pour l'obtenir. Les économies ne sont pas un sujet à jeter dans la balance.

Un prix élevé n'est pas toujours garantie de haute valeur. Cependant le contraire est toujours vrai : les choses qui ont plus de valeur ont toujours un coût plus haut.

Se renseigner et poser des questions n'est pas offensant.

Choisir le juste professionnel n'est pas toujours un parcours facile.

Il faut évaluer le CV, les références obtenues, ses publications éventuelles et d'articles sur ses œuvres. Mais cela ne suffit pas.

Combien de fois se passe-t-il qu'une personne, qui sur le papier a l'air d'avoir d'excellentes qualités et références, en personne est insupportable : il ne nous réussit pas d'établir un rapport.

Un professionnel doit être disponible à rencontrer le client, discuter avec lui, en écouter les exigences ; il doit être ouvert au débat. Tout cela, ce sont des éléments à ne pas sous-estimer.

Il est permis de se renseigner sur quels matériels le professionnel propose, d'obtenir de garanties de qualité, en connaître la provenance, l'impact sur l'environnement et sur la santé, la durabilité. Il s'agit d'éléments à évaluer, fondés sur l'expérience directe du professionnel ou quand même vérifiables par de documents appropriés.

Parfois le professionnel pourrait se trouver mal à l'aise ou énervé, lors que l'on lui pose des questions techniques ; ceci n'est jamais bon signe. Poser des questions est juste, pourvu que l'on le fasse avec discrétion et respect.

Un professionnel qui s'échappe aux questions ou à la rencontre en personne, n'est presque sûrement pas le juste.

L'humilité est synonyme de grandeur et stature morale, l'arrogance n'est jamais rien de bon. Soyons clairs : le client fait un investissement double, d'un côté sûrement une quantité importante d'argent, de l'autre aussi ses émotions, ses rêves et désirs. C'est sage que le conseiller soit disponible à la discussion.

Respect mutuel, transparence et clarté d'intentions : voilà la recette gagnante.

Valeur : c'est le mot de passe.

Comme on vient d'avoir vu, demander le conseil d'un professionnel et s'assurer d'obtenir l'objet, le dessin ou la décoration que l'on désire est presque toujours un investissement considérable ; il vaut donc la peine d'être bien orientés vers un choix de valeur très élevé, qui offre les justes garanties d'unicité et durabilité, ainsi que de beauté, élégance et harmonie.

A qui allez-vous confier le prochain projet de vos rêves ?

Book
MosArtek Revue

Subscribe now to our exclusive membership, the «Symposium of the Immortals».

You will get to know, before anybody else, of our editorial initiatives and our events; you will take precedence in ordering our books and registering for events.

You can check if you are entitled to receive our MosArtek Revue free of any cost.

You will also have access to contents that we hand-pick with care, and do not make available to the public.

Enter your data here, and never miss anything new in the exclusive art of mosaic.

Are you already a member? Click here to enter!

Welcome!

Comments are closed.